Comment concilier le vélo et les transports ?

La terre étant en grande partie couverte d’océans, sans parler des zones infranchissables ou des régions en conflit, même les voyageurs les plus chevronnés devront trouver un moyen de passer d’un continent l’autre. L’avion n’est pas l’unique choix, le bateau peut se présenter comme une alternative intéressante. Pour les autres candidats au voyage, court ou long, un transport les amènera sur les lieux du périple ou leur permettra d’effectuer une partie du trajet, que ce soit en train, en bateau ou en bus.

Seulement voilà : le vélo n’est pas toujours le bienvenu dans les transports…

Les vélotouristes et le train

Nous traiterons ici de l’utilisation du train en France et en Europe. Malgré ses carences, le train est le premier mode de déplacement utilisé par les voyageurs à vélo. Il permet une grande liberté pour aller à son point de départ (pas de stationnement de longue durée hasardeux), durant le voyage (pour changer de parcours, zapper une étape, éviter la pluie ou un col, trouver un vélociste en cas de panne) et pour le retour.

Une bonne nouvelle, l’accueil des cyclistes et des vélos électriques par le personnel des gares et des trains s’est vraiment amélioré. Si votre vélo est démonté et sous housse, il est autorisé dans tous les trains, TGV compris. La housse spécifique doit avoir la dimension suivante : 120 x 90 cm, roue avant démontée. On peut trouver des housses légères et très peu chères. En principe, le vélo doit être placé dans les espaces bagages, dans la réalité il faut voyager à côté en veillant ce qu’il ne gêne ou ne blesse pas les autres voyageurs. Quand en plus, il faut se coltiner les sacoches, parfois des enfants, cette solution n’est pas pratique. Donc, voyons l’offre ferroviaire pour les vélos non démontés. Avant de choisir un train pour voyager, il est utile de s’y retrouver dans la ménagerie ferroviaire. Les vélos n’y sont pas traités avec les mêmes règles selon le type de trains.

Voyager avec un vélo dans les trains express régionaux (ter)

La règle générale repose sur un accès libre et gratuit dans quasiment tous les trains régionaux. Il faut vérifier si le train dispose du logo vélo. Certains trains disposent d’un espace dédié, d’autres non.

En Île-de-France, le transport des vélos est autorisé dans tous les trains (SNCF et RATP), sauf aux heures de pointe, du lundi au vendredi entre 6 h 30 et 9 h 30 et entre 16 h 30 et 19 h 30. L’accès est libre le weekend dans tous les trains Transiliens et RER. Dans Paris intra-muros, les entrées, sorties et correspondances sont autorisées dans toutes les gares.

En Alsace, les TER 200, Strasbourg-Mulhouse-Bâle sont interdits aux vélos du lundi au vendredi entre 6 h 8 h 30 et entre 16 h et 18 h 30.

Les réservations dans les trains

La réservation d’un emplacement pour votre vélo est requise à bord des TGV, des Intercités de jour soumis à réservation et des Intercités de nuit. Elle coûte 10 € dans les TGV et 5 € dans les Intercités. La réservation peut maintenant s’effectuer par Internet en cochant la case correspondante. On peut aussi réserver au guichet, sur les bornes ou par téléphone (36 35). La réservation des billets de train et des vélos doivent se faire impérativement en même temps.

Les vélos dans le TGV

La SNCF est la seule compagnie ferroviaire européenne qui embarque les vélos dans ses TGV. Tous les TGV-Est et de nombreux TGV-Atlantique (Bretagne, littoral Atlantique, Toulouse) les acceptent. C’est aussi le cas d’environ la moitié des TGV-Nord mais très peu de TGV-Sud-Est. Les Ouigo et les ID-TGV ne prennent pas les vélos non démontés (supplément de 5 € dans un Ouigo pour un vélo démonté). Chacune des rames équipées possède quatre places pour les vélos, sauf celles des TGV-Atlantique qui sont limitées deux places. Pour savoir si un TGV accepte les vélos, sur Internet, au niveau de chaque train, il faut cliquer sur l’onglet détail train pour voir s’il a un logo vélo.

Les vélos dans les trains Intercités

Ce sont les trains classiques, de jour et de nuit, hors TER. La plupart de ces trains embarquent les vélos gratuitement et sans réservation. Sur trois lignes, ils sont à réservation obligatoire pour les voyageurs et les vélos (Paris-Clermont-Ferrand, Bordeaux-Nice, Paris-Limoges-Toulouse). Les trains Intercités de nuit nationaux ont tous un compartiment vélo (six places). Pour ces trains, la réservation des places vélos est obligatoire. Hélas, la SNCF prévoit la suppression de plusieurs d’entre eux dans les prochains mois.

Vous aimez alors partagez